• Récit n°663. Moyen-Âge. Retour dans le passé.

    Le lendemain, alors que l'aube venait tout juste de revêtir son voile orangé et blanchissait la campagne endormie, Larkin se réveilla. Un mal de crâne insupportable le pris soudainement. Il faut dire qu'il n'avait pas l'habitude d'ingurgiter une si importante quantité de sang en une seule fois. 

    " Elle n'avait qu'à mieux se tenir en ma présence...", songea-t-il.

    Avec le temps, il avait appris à se contenir, non pas par pitié pour la race humaine, mais pour se protéger d'eux. De ce fait, il était devenu un chef de village. Larkin sourit cyniquement : "Quelle ironie du sort !". Le bûcher était loin d'être la seule peine réservée aux êtres défiant de la "norme". Ainsi, il avait assisté à toute la violence dont était capable les Hommes. 
    Il se leva difficilement de son lit, pris appui sur sa table de chevet et avança pas à pas jusqu'à la fenêtre qu'il ouvrit. L'odeur nauséabonde de chair brûlée avait imprégné les alentours du village et d'un geste sec et violent, il referma aussitôt les battants de la fenêtre. Sa main sur son crâne ruisselant de sueur, était légèrement crispée, il tituba, les images de la nuit passée lui revinrent et cette effroyable odeur semblait envahir la pièce.
    Il prit un de ses nombreux carnets, s'assit sur son fauteuil de velours, ouvrit une page au hasard et se mit à lire silencieusement. 

    " J'ai du m'enfuir du village. Les villageois, les vieillards, les femmes et les enfants, tous, ont fouillé les maisons, les caves et les tombes, munis de pieux et de torches. Ils ont mis le feu à notre manoir et nous y ont enfermés. Je suis le seul survivant de cette mutinerie. J'aurais préféré mourir que d'être voué à errer seul dans ce monde abominable et barbare. Pourquoi les humains sont'ils autant aveuglés par ce qu'ils nomment "Dieu"? Ne savent-ils donc pas la vanité de leurs actes ?! Ils sont arrivés avec la conviction de nous saigner... mais nous sommes puissants et bien plus qu'ils ne l'imaginent. Avoir tué mes semblables fut leur plus grande erreur. Ils subiront le poids de toute ma vengeance !!"

    Larkin arracha la page et la serra dans son poing. 

    " Y aura-t-il seulement une revanche ? murmura-t-il dans un soupir."

    « Récit n°662. Moyen-Âge. Tentation.Récit n°664. Moyen-Âge. Décision. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :